Andrew Taylor Still (1828-1917) père de l’ostéopathie a œuvré toute sa vie à la compréhension du fonctionnement du corps humain. Il est à l’origine d’une médecine naturelle et manuelle.

Sans un contexte environnemental favorable, cette nouvelle vision de l’homme et de la santé n’aurait pas pu voir le jour.

Pour situer le contexte, c’est l'époque retracée dans le film « la petite maison dans la prairie ».

En pleine conquête de l’Ouest, dans le Midwest américain, les conditions de vie des pionniers étaient extrêmes. La médecine était rudimentaire et pauvre : calomel, drogues, alcool constituaient les remèdes de base.

Confronté à une telle impuissance face aux maladies, Still s’est posé des questions existentielles sur la nature humaine, la vie, la maladie et la santé.

Inspiré par des rencontres salutaires, il a cherché les solutions inhérentes au corps lui-même et non plus des solutions venues et imposées de l’extérieur.

Cette quête a puisé ses racines dans l’observation du corps (anatomie, dissection), le fonctionnement du corps (physiologie), l’observation de l’environnement et de la nature.

Cette médecine manuelle vise à équilibrer le système corporel physique, émotionnel et spirituel dans le but de rester en bonne santé.

D’autres ostéopathes de renom ont contribué, à la suite de Still, au développement de l’ostéopathie : William Garner Sutherland (1873-1954), Rollin Becker (1910-1996) pour ne citer qu’eux.