couverture livre recto.png

Pour commander, suivez ce lien

Le livre

 

 

Plagiocéphalie d'origine crânio-sacrée Un regard par l'approche tissulaire de l'ostéopathie

 

Plagiocéphalie, que veut dire ce nom ?

Il désigne une déformation crânienne (un méplat) de plus en plus fréquente chez l’enfant apparaissant dès la naissance ou dans les premiers mois qui la suivent.

 

Et en quoi l’ostéopathie peut-elle quelque chose pour traiter ce problème ?

On accuse aujourd’hui le couchage des enfants sur le dos (afin d’éviter le risque de mort subite du nourrisson), mais depuis des milliers d’années, les nourrissons sont couchés sur le dos et la plagiocéphalie n’a pas été remarquée comme étant un problème fréquent au cours des siècles.

Dans cet ouvrage, Agnès Pierson nous présente de manière claire et directe sa vision ostéopathique en rapport avec la plagiocéphalie et, plus concrètement, à l’une des origines de cette dernière. Ce qu’elle exprime repose sur une expérience clinique d’une vingtaine d’années et des données d’anatomie et de physiologie connues.

Dans le fond, ces informations sont encore quasiment inconnues du public aujourd’hui. Le regard porté sur la plagiocéphalie cranio-sacrée qu’elle transmet est le reflet et le témoignage de son expérience, ses connaissances et surtout de sa sensibilité et sa passion envers les plus petits. Sous la forme d’une annexe, elle a également esquissé un bon aperçu de cette science et cet art de la vie et du vivant qui est l’ostéopathie.

Elle souhaite que ses propos puissent servir à orienter les parents des enfants qui traversent cette situation, mais aussi aux thérapeutes qui peuvent être au contact de ces enfants, afin de rejeter des a priori et de regarder les choses autrement.

Quelques extraits

Pourquoi ce livre ?


Début d’un constat
Il m’est apparu nécessaire d’apporter un regard différent sur la plagiocéphalie de plus en plus fréquente. En effet, le couchage du nourrisson sur le dos est tenu pour responsable de cette asymétrie crânienne. Depuis les années 1990 le nombre de plagiocéphalies est en augmentation et cette période coïncide avec les recommandations du couchage sur le dos dans la prévention de la mort subite du nourrisson. Application des recommandations de l’American Academy of Pediatrics (AAP) lancée en 1992. Il n’a fallu qu’un pas pour y prédire une relation directe de cause à effet*.
Néanmoins la plagiocéphalie n’est pas la conséquence directe d’un couchage sur le dos, même si ce dernier peut aggraver cette déformation.
Le constat lors de mes pratiques faisait justement apparaître une incohérence entre la cause évoquée (couchage sur le dos) et la déformation crânienne. Les tensions* ressenties dans mes mains ne se situaient pas toujours au crâne, loin de là même.
Entre le symptôme* et la réalité palpatoire doit exister une cohérence.
Les tensions ressenties dans mes mains se situent sur un axe entre le sacrum et le crâne. Elles sont souvent plus fréquentes au sacrum qu’au crâne.
La question posée est : le sacrum subirait-il aussi la pression du couchage sur le dos ? Sachant que le bassin est moins lourd que le crâne du nourrisson, cette explication du couchage ne me satisfaisait pas. Mais où est donc la cause ?
Dans notre approche ostéopathique, méthode holistique*, l’ensemble du système corporel est pris en considération et pas uniquement le crâne. Suite aux nombreuses consultations et observations effectuées, j’ai pris la liberté de parler de plagiocéphalie d’origine crânio-sacrée : raison d’un autre regard sur cette pathologie de plus en plus fréquente.
Ce n’est pas parce que le crâne est déformé que l’origine de cette asymétrie se situe au crâne. Bien au contraire. La prise en charge doit se faire de façon globale sur l’ensemble du système corporel, c’est-à-dire sur l’ensemble du corps.
À qui s’adresse cet ouvrage ?
Ce livre s’adresse à tous ceux pour qui la plagiocéphalie est méconnue : aux parents et à tous les professionnels de santé.
Les questions des parents sur l’origine de cette déformation sont nombreuses, tant sur l’évolution esthétique de ce symptôme que sur le développement psycho-moteur de leur enfant. Les réponses le sont beaucoup moins.
Les réponses glanées par les parents sont toutes aussi variées et extrêmes : du « ça récupère tout seul » au « il faut consulter un orthopédiste » avec prescription de casque. De quoi être perdu !
Mon objectif est informatif : reconnaître une plagiocéphalie, informer sur la conduite à tenir, savoir quels professionnels de santé consulter et obtenir les conseils appropriés.
Ce livre se veut volontairement simple pour le rendre accessible à tous. Le but est d’expliquer le processus de cette déformation crânienne.
Les explications données sont fondées sur la pratique, sur les nombreux cas observés lors des consultations.
Chaque cas est particulier, chaque individu est unique. C’est pour cette raison que la présentation restera globale et générale.

*************************

 

Ce que nous présente notre consoeur Agnès Pierson, c’est le point de vue de l’ostéopathe sur le problème de la plagiocéphalie positionnelle. Ce qu’elle écrit repose sur une expérience anatomique, physiologique et clinique d’une vingtaine d’années. Elle a donc tout le recul nécessaire pour oser affirmer ce qu’elle affirme. Elle nous explique ce qui, du point de vue de l’ostéopathe, peut expliquer la création et l’apparition de la plagiocéphalie. Elle a aussi découvert que si le problème se manifeste au niveau du crâne, son origine n’est pas forcément crânienne et elle nous dit pourquoi. Voilà tout l’intérêt de cet ouvrage, écrit simplement et destiné aux personnes du grand public. Il leur apporte des réponses que le système médical n’apporte pas et du même coup des solutions simples, sans danger et bien souvent très efficaces.
Ce livre est à faire lire à toute personne qui a un enfant présentant une plagiocéphalie et à toute connaissance qui est dans ce cas. Cette information est à diffuser le plus largement possible.

                                                                           Extrait de la préface de Pierre Tricot, ostéopathe.